Le commencement d’un Monde – Jean Claude Guillebaud Nov 2008

 1635_AVH-GUILLEBAUD

P 13. Huntington :  le monde connaitra des conflits d’un nouveau type – entre 7 grandes civilisations . Ces civilisations sont le produit de lentes évolutions : ces concrétions culturelles sont consistantes et tenaces. Le rétrécissement du monde, pas des contacts accrus entre les peuples, exacerbe les différences entre ces civilisations. La mondialisation affaibli les états nations qui permettaient un échelon d’appartenance distinctifs : cet effacements  du « national » favorise les replis identitaires et religieux. La faiblesse de l’occident encourage le reste du monde à remettre en cause le modèle que la modernité occidentale prétend incarner. Fondées sur les « civilisations » les identités ne sont plus négociables comme c’est le cas avec les idéologies par exemple. Pour Huntington , c’est dans le sentiment de différence que la violence prend sa source – elle s’accroît à mesure que la différence s’accuse.

P 18.  Hungtington sous estime le rôle des états nations et leur force stabilisatrice. Les démentis de la réalité : les conflits de la fin des années 90 n’ont pas opposé des civilisations : ils ont lieu à l’intérieur de plusieurs civilisations. En réalité, Huntington lance un appel aux armes : la théorie n’est pas un examen informé de l’etat du monde, elle exprime surtout les angoisses de la société américaine, elle participe d’une volonté de défense de l’occident, elle presente les USA comme dernier rempart d’un occident assiégé par les autres civilisations.

La thèse de Huntington aurait du être oubliée : elle ne l’a pas été et la cause en fut le11/09/01 qui conféra artificiellement à la thèse le statut de vérité prophétique et réflexion clairvoyante.

 

P27.Le 11/09 et le sac de rome en 410 par les wisigoth : les philosophes de l’epoque rendent les chretiens, la nouvelle religion de l’empire, responsables de la tragédie. Ils ont rompu avec les divinités protectrice de la ville.  Les wisigoths ne sont pas extérieur à l’empire romain – ils en sont en quelques sortes l’équivalent des travailleurs immigrés.

 

P32 De la théorie de Huntington : la réalité est exactement l’inverse. Si la violence menace, cetra n’est pas parce que les différences se renforcent mais parce que les ressemblances progressent. Loin de s’éloigner les unes des autres, les civilisations sont prises dans la logique d’une irrésistible rencontre, d’un mélange, d’un métissage.

 

P47 a partir du XVI a lieu le décollage occidental et l’histoire humaine s’occidentalise. Selon Davis Landes, c’est la culture qui fait la difference (pas l’economie, la geographie ou les ressources naturelles) : l’héritage grec  et  l’esprit critique des lumières ont joué un rôle clé : c’est lui qui a permis l’émancipation des traditions par la mise en doute des mythes fondateurs et faire place à l’expérimentation. Cet héritage que la civilisation arabe avait aussi repris ne lui a pas servi. En europe, l’héritage judeo-chretien l’a fécondé (conception lineaire du temps, approche évolutive de l’histoire…) Se developpe aussi un approche rationnelle et mathématique de la nature qui gagne progressivement la vie sociale et transforme la représentation que l’occident se fait de lui-même. Elle renforçait la conviction que cette rationalité de la pensée et du social pouvait prétendre à l’universel. Conséquence : nouvelle légitimité politique qui n’est plus entée sur le divin, sur le culte des ancètres ou la tradition mais sur l’adhésion des individus à qui on reconnaît une égale liberté. C’est cette autonomie qui peu à peu se substitue à l’hétéronomie des sociétés traditionelles qui rendre imaginable le concept des droits de l’homme.

 

Ces deux éléments – la science determinant une manière de faire et la politique determinant une manière de se constituer – ont nourri l’histoire de la civilisation occidentale : ils sont aujourd’hui en passe de lui échapper. (Gauchet)

 

P62 Chine : 6 mois avant Tienanmen, une nouvelle revue est lancée « les nouvelles lumières » elle exprime clairement la volonté des intellectuels chinois de se réapproprier la philosophie de l’Europe des Lumières du XVIIIe siècle. Il y a importation des Lumières et relecture de la tradition chinoise – un métissage culturel.

 

P71 Une occidentalisation présenté comme selective afin de désarmorcer les réactions identitaires. Calcul illusoire. Parce qu’on ne peut importer une science ou une technique en refusant le soubassement culturel qui fonde sa cohérence….loin d’être neutre, la science porte en elle un projet, un édifice normatif associé au savoir occidental : c’est une police de caractère,un mode d’écriture sociale du lien humain..

 

P73 Jacques Derrida évoquait l’étrangeté des demandes de pardons répétés du gouvernement japonais aux différents peuples d’Asie qui ont souffert du militarisme japonais. Justifié sur le plan moral et politique, ces repentances paraissaient singulières car la thématique du pardon est étrangère aux cultures chinoises et japonaises. En Extrême-Orient prévaut la culture de la honte qui n’est pas de même nature que la culture de la faute propre a l’occident. Ces repentances trahissent un intériorisation de la marque généalogique occidentale et, dans ce cas, judéo-chrétienne….les cultures asiatiques sont déjà profondément composite.

P77Reaction ambivalente au XVIII des intellectuels allemands confrontés au Lumières venues de France alors qu’au XVII l’Aufklarung paraissait en harmonie avec les lumières en France. Un pensée réactive a fini par sélaborer : la France parait porteuse d’un projet calculateur, abstrait et desséchant qui s’oppose au romantisme  naissant.

 

P 80 Japon : les japonais sont impressionnés par la canonnière américaine crachant de la fumée noire dans le port de Tokyo et après quelques coups de canon ils acceptent de s’ouvrir à l’occident après deux siècles de fermeture (la défaite de la Chine lors de la guerre de l’opium avait déjà démontré la supériorité occidental quelques temps auparavant)

P 87 au lendemain d’Hiroshima le criminel a été métamorphosé en martyr. C’est toute la différence avec l’Allemagne dénazifiée qui elle sera entraînée dans une longue repentance. Les bombardement conventionnels sur l’Allemagne (Dresde 130000 victimes) n’ont pas généré le même effroi que le feu nucléaire.

P104 Amérique latine : Comme celui des japonais ou des iraniens, le grand refus indien de la modernité occidentale menace ainsi, à tout moment, de basculer dans un traditionalisme purement régressif. …le pragmatisme prend souvent le pas sur l’idéologie, des synergies subtiles entre modernité occidentale et cultures indiennes finissent par prévaloir : en matière identitaire on assiste souvent à une serie d’ajustements complexes, d’accommodements, de bricolages.

 

P107 La modernité produite par l’occident a cessé de rayonner sur le reste du monde….la seule lumière qu’émettent encore l’Europe et l’Amerique s’apparente trop souvent à l’enseigne d’un supermarché…elles invitent les autres peuples à rejoindre le global shopping center (Jeremy Rifkin probablement)…c’est un peu court.

 

P 117 On a pu constater que les évolutions démographiques et notamment la fameuse transition n’obéissaient plus au rythme du développement économique mais bien d’avantage au degré d’exposition au spectacle venu d’occident (coef évalué en fonction de nombre de téléviseurs pour 100.000 habitants)

 

P122 L’humanité n’est pas héréditaire (Marie Balmary)

 

P130 Admettre les differences, c’est reconnaître que la perception des droits de l’homme peut être conditionée par l’histoire et par divers facteurs d’ordre politique, culturel, religieux, économique et social et que chaque homme n’accède a l’humanité que la par médiation d’une culture particulière (Mireille Demas Marty)

 

P153 Les crimes de masse et les massacres commis par l’occident sont evidemment les premiers visés par cet effort de mémoire. Ils sont souvent connus de tous, certes, mais leur souvenir demeure superficiel, marginal. Sait on qu’entre 1880-1920 la conquête apocalyptique de l’Afrique a causé la mort d’une bonne moitié de la population ?

 

P 159 Le réemploi par les nationalistes hindous des stéréotypes produits par le discours colonial illustre un phénomène de portée plus générale : l’intériorisation inconsciente par les colonisées de l’image d’eux-mêmes que leur renvoyait l’occident. A force d’être définis comme des champions de la spiritualité, les indiens ont fini par se conformer effectivement à ce modèle. Faisant cela, ils ont oublié la composante – rationaliste et laique – de leurs propres traditions.

 

P166 Le rejet instinctif des grands idéaux humanistes par les « subalternes » est largement imputable au fait que le « centre » lui-même ne les respectait pas quand il se faisait colonisateur.

 

P174 Nous habitions, depuis l’origine, un espace temps commun a l’espèce humaine, mais que chaque peuple aménageait à sa façon. Les uns dans un consentement au monde présent et à la fatalité de l’éternel retour ; les autres dans une tension téléologique vers un avenir promis ou espéré.

 

P 189 Amarya Sen : il n’est pas rare que les thèses sectaires et fondamentalistes de tel ou tel groupe religieux fassent florès aupres des émigrants : certains sont d’autant plus enclins à surestimer agressivement la valeur de ce qu’ils identifient comme leurs « propres traditions » qu’ils se retrouvent plongés dans une culture étrangère dominante.  ….La surevaluation des identités d’origine explique d’ailleurs que ces expatriés se définissent comme des hindous et non comme des indiens. La nuance est révélatrice d’un réinvestissement redoutable dans la religion assimilée à une identité et non plus à une spiritualité.

 

P214 Le christianisme a été décrit comme une religion qui permet de sortir du religieux – c’est la thèse de Marcel Gauchet. D’ailleurs l’athéisme, historiquement, n’apparaît que dans les civilisations marqués par le christianisme. …pour les habitants du sud, l’atheisme du « centre » couvre aujourd’hui un projet d’asservissement economique, exactement comme le christianisme jadis légitimait la conquête coloniale. La rationalité fétichisée et le primat donné à l’économie constituent la nouvelle théologie athée que les occidentaux tentent  d’imposer au reste du monde.

P 216 « Simone Weil – le christianisme comme religion des esclaves. Le christianisme n’est déjà plus la religion du centre. Le périphérie prend le relais….En émigrant vers les pays du sud, le message évangélique retrouve ainsi ses couleurs et sa fulgurance originelles (aspect subversif des églises protestantes contre la dictature en corée du sud, en amerique (Martin luther King), Desmond tutu en Afrique du sud)

 

P236 Islam : on n’est pas confronté à un particularisme culturel rétif – la perversité intrinsèque de l’islam- mais à une réaction panique contre la rapidité du changement et l’influence grandissante du « mal de l’occident »….la violence identitaire, comme ce fut souvent le cas  dans l’histoire est imputable à la ressemblance  et non à la différence.

 

P 241 A terme, en effet, on ne peut copier la technologie occidentale sans importer du même coup une partie au moins de mode de pensée qui la sous-tendent.

 

P255 Iran : en dépit des blocages politiques de toutes sortes, les indicateurs de fécondité suggèrent que l’iran est plus moderne, plus homogène, plus individualiste que la Turquie qui est pourtant une république laïque depuis 1930…Preuve que la couleur affiché par les politiques ne coïncide pas toujours avec les mouvements profonds de la société.

 

P256 Turquie le laboratoire, fissure sociétale entre les laics et les islamiques. A la différence de ce qui se passe en occident, il n’existe aucun terrain culturel commun susceptible de les unir. La société turque n’a pas trouvé d’équilibre après 80 ans de laïcisation.

 

P267  le réformateur s’imagine que l’idée et le droit vaincront la coutume en un tournemain. C’est une erreur les coutumes sont des concrétions crées jour après jour. Elles doivent leur solidité au temps. Seul une patience et une lenteur comparable peuvent les araser.

 

P272 La réapparition des tribalismes identitaires est allée de pair avec l’affaiblissement des états et l’insuffisance du patriotisme constitutionnel…même au USA la foi constitutionnelle des origines tend a s’affaiblir ce qui ruine peu à peu l’idée du melting pot…

 

P275 Quebec a pousser loin le respect des minorités – les concessions en application du principe de multiculturalisme ( consultation a l’hopital pour musulman, burqua dans l’exercice d’une profession, piscine non mixte…) mais contradiction avec les principes laics d’égalité des sexes, émancipation des femmes etc. deux logiques : respect des différence et protection des droits de l’homme. Le multiculturalisme poussé si loin menace le « monde commun » sans lequel une société ne peut exister, ni une démocratie fonctionner.