Au péril des idées, Tariq ramadan, Edgar Morin, 2014

 

 

 

E.M. La France ou s’accroissent une répulsion et une incompréhension, voire une réduction de l’islam à ses minorités les plus violentes.

E.M. Car la démocratie, ce n’est pas seulement la séparation des pouvoirs ni la loi de la majorité, c’est aussi l’existence de la diversité et de la conflictualité des idées.

Journaliste : Un arrêté municipal de septembre 1900 interdisant le port de la soutane au Kremlin-bicêtre…

E.M. Le statut légal ne règle pas tout aujourd’hui. Le fait d’être citoyen ne dit rien sur le sentiment d’appartenance. C’est ce sentiment qui façonne la personne, pas le passeport.

Journaliste : A propos du statut de la femme, le plus important n’est pas de répertorier ce qui la différencie de l’homme, mais au contraire d’établir ce qui fait qu’un homme et une femme possèdent un patrimoine en commun, de manière à mieux le défendre.

E.M. Il y a encore des régions en France, au Pays basque par exemple, où les femmes ne s’assoient pas avec les hommes à l’église. L’émancipation féminine est une œuvre historique très longue, encore inachevée dans nos pays.

T.R Mircea Eliad écrit qu’il a rencontré partout des hommes et des femmes en quête de sens, animés d’une aspiration en soi religieuse. Il ajoute que la croyance fait partie de la structure de la conscience humaine.

E.M. les dieux sont le produit de l’esprit humain. Et ce que je dis des dieux, je le dis des idéologies. Et quand l’humanité mourra, je crois que ces dieux n’existeront plus.

E.M. Je pense qu’en cas de contradiction éthique, face à deux impératifs moraux antagonistes, on peut adopter une morale provisoire et […] traiter ces contradictions au cas par cas.[…] Ainsi la révolution francaise, merveilleux lever de soleil, besoin de liberté, etc.S’ensuivent la Terreur, Bonaparte, l’Empire…Les événements, les contextes trompent les bonnes intentions, devient, voire détournent le sens de l’action. L’éthique est aléatoire.

E.M. Mon idée c’est qu’il faut être conscient de faire un pari. Je garde en moi la capacité de corriger mon action.

Hoderlin : « la où croît le péril, croît aussi ce qui sauve »

E.M. Devant un film, nous voyons des personnages que, dans la vie, nous ne regardons même pas – le vagabond incarné de Charlot. Voilà un personnage que, dans la vie normale, nous réduisons à l’élément extérieur, le moins avantageux de leur personnalité ; or, au cinéma, nous apparaît leur complexité.

E.M. La métamorphose de la chenille qui s’entoure d’un cocon pour devenir papillon. Elle commence par détruire certaines de ses fonctions, son tube digestif, alors qu’elle conserve son système nerveux. Au terme de nombreuses transformations, ressort un être tout à fait nouveau qui est cependant le même. Il a gardé son identité tout en transformant sa forme.

E.M. La révolution ne peut être que violente (du passé faisons table rase), de façon à arracher jusqu’à la racine les éléments de l’ancienne société. L’idée de métamorphose maintient une continuité dans la transformation.

E.M. Même le discours religieux est nourri par ce populisme qui galvanise les peuples au nom d’une identité qui les distinguerait des autres peuples et d’un discours essentiellement fondé sur l’altérité. C’est extrêmement dangereux.

E.M. Dans notre civilisation occidentale développée et mondialisée, on observe un sous-développement de tout ce qui est solidaire et communautaire et un surdéveloppement de ce qui est égocentrique et égoïste. Ce n’est pas l’individualisme en soi qui est mauvais, car il peut permettre la responsabilité et l’autonomie, c’est l’égoïsme et la fermeture sur soi.

Pascal : « le contraire d’une vérité n’est pas une erreur, mais une vérité contraire »

T.R. la conception occidental a souvent été de considérer que l’art échappe à la morale et que c’est son essence même de transgresser, de dépasser des limites et qu’au fond, littérairement, artistiquement, tout est permis ou doit l’être. Les autres civilisations du monde n’ont jamais abordé les choses de cette façon. L’art y est toujours considéré comme une invitation à l’élévation, nourrie par des considérations éthiques.