Le monde est clos et le désir infini – Daniel Cohen – 2015

 

Au Etats Unis, 90% de la population n’a connu aucune augmentation de son pouvoir d’achat au cours des trente dernières années. Nous vivons une révolution industrielle sans croissance. Pourquoi l’âge du numérique ne produit-il pas la même accélération que l’âge électrique un siècle plus tôt ? La première explication est à chercher du côté du travail : pour qu’ils y aient croissance il faut que les machines rendent productifs ceux dont les emplois ont été détruits.  Deuxième élément : la société industrielle avait urbanisé les populations. La société post-industrielle est moins ambitieuse : elle s’efforce de mieux gérer les interactions sociales mais ne parvient pas à créer une société de consommation vraiment nouvelle (à part le smartphone). Le projet transhumaniste pourrait y parvenir mais rien ne permet d’affirmer que la révolution génétique fera mieux que la révolution informatique en matière de croissance.

Au moment ou l’agriculture s’est développé, les êtres humains et leurs troupeaux représentaient moins de 0.1% du total des mammifères. Aujourd’hui ils en représentent plus de 90%.

Nous sommes la seule espèce qui non seulement vit en société, comme les autres espèces animales, mais qui produit de nouvelles formes d’existence sociale et donc de culture pour continuer a vivre. Produire, et non pas reproduire la société, tel est le propre de l’homme (Maurice Godelier).

La pression démographique des agriculteurs, plus nombreux car mieux nourris, refoule les sociétés moins denses, comme sapiens a peut-être refoulé Neandertal. Les agriculteurs maoris ont ainsi exterminé leur voisins chasseurs-cueilleurs Morioris.

Alors que les sociétés de chasseurs-cueilleurs faisaient ressortir une certaine variété de situations concernant le statut des femmes, les sociétés agraires, partout, les dévalorisent, les cantonnant au rôle d’agents reproducteurs.

« The advantage of backwardness »: être en retard économique donne une force qui tient au fait qu’on peut mettre toute son énergie dans l’imitation d’un autre, sans se perdre dans la multitude des chemins possibles.

L’histoire de la vie sur Terre, explique ainsi Bataille, est principalement l’effet d’une folle exubérance : l’événement dominant est le développement du luxe, la production de formes de vie de plus en plus onéreuses.

Le potlatch des Indiens d’Amérique du Nord est un autre exemple de situation ou le don solennel de richesses considérables offertes par un chef à son rival a pour but de l’humilier, le défier, l’obliger à la réciprocité…. « la vie dans la dilapidation est appropriée par le prestige qu’elle donne au dilapidateur ». (Bataille)

En 1405, l’amiral Zheng He avait ainsi conduit trois cents bateaux, vingt-sept mille marins, cent quatre vingts médecins du Nankin au Sri-Lanka et en Afrique. Zheng dispose de boussoles, de navires ravitailleurs en eaux potables. Colomb ne dispose que de 3 bateaux…Mais la Chine interrompt ses voyages : elle n’était pas spécialement intéressée de découvrir une voie nouvelle vers l’Europe, c’est la réciproque qui est vraie.

La peste noire du XIVe siècle : équivalent pour le système féodal au krach de 1929 pour le capitalisme occidental, elle bouleverse tout. Le nombre de paysans est brutalement réduit, changeant en leur faveur l’équilibre entre les hommes et la terre. Les paysans peuvent louer leur service au plus offrant. La crise provoque une hausse de salaires, lesquels vont doubler par rapport aux niveaux habituels.

Pourquoi mécaniser le travail quand le travail ne vaut rien ? Cette question, qui a creuse le tombeau économique de Rome, incapable de s’affranchir du travail servile, reste cruciale dans l’Europe du XVII et XVIII siècles. En Angleterre à la veille de la révolution industrielle, vers le milieu du XVIII, les salaires sont 60% supérieurs à ceux de la France. Ce sont donc les salaires élevés qui expliqueraient la révolution industrielle et non l’inverse !  (Robert Allen)

Aristote, redécouvert grâce aux traductions arabes, permet à saint Thomas d’affirmer que la raison n’est pas l’ennemie de la foi, ce qui ouvre une brèche dans laquelle l’esprit scientifique va s’engouffrer.

Smith est en fait préoccupé des conséquences négatives de la spécialisation du travail : la dextérité du travailleur à sa tâche est acquise aux dépens de ses vertus intellectuelles, morales et maritales. Et de recommander, en prévention du risque moral, que soit créé un système d’école publique universelle.

Selon Moravec, l’informatique pousse, si l’on suit ce raisonnement, l’humain vers des taches ou la spontanéité, la créativité sont essentielles, après que l’âge de l’électricité et le travail à la chaine avaient commandé des dispositions exactement inverses.

En termes de croissance, le rythme lent qui s’observe depuis 1973 est en réalité un retour à la moyenne, celle qui prévalait dans les dernières années du XiX jusqu’au année 20.

Dans le domaine sanitaire, le XXIe siècle promet des progrès dans les maladies mentales ou transmissibles (vaccin contre le sida). La question n’est pas de les négliger, mais de comprendre leur potentiel d’entrainement sur l’ensemble de la société.

Internet offre des services qui ne coutent rien, ce qui est bien pour le pouvoir d’achat. Google, Facebook ou Twitter embauche a elles trois moins que n’importe quelle firme automobile. Tout ce passe comme si un peu nombre de gens tres bien payés travaillent à rendre gratuits des biens consommés par des pauvres.

63% des économistes considèrent que l’automation n’est pas responsable du chômage ; 43% reconnaissent que les nouvelles technologies de l’information sont responsables de la stagnation des salaires aux US. Rien ne garantit que tout le monde profitera du progrès technique.

Les US forment en réalité deux pays en un. Le premier enregistre un croissance de type asiatique : peuplé du 1% des plus riche, il a un taux de croissance de presque 7% l’an depuis 30 ans. L’autre sous pays connait une croissance qui se situe à des niveaux européens, entre 1% et 1.5%, pour les 99% restants.

Il est donc possible de résumer le lien entre la hausse des patrimoines et les inégalités salariales de la façon suivante : les logiciels (la numérisation du monde, la précarisation du travail routinier qu’elle provoque) font pression sur les salaires, l’inflation chute, les taux d’intérêts aussi, et le gagnant est le patrimoine, financier ou immobilier (car immanquablement les couts du crédit immobilier diminue). C’est donc la déflation salariale qui provoque la hausse du patrimoine et non l’inverse. Ainsi s’explique aussi pourquoi la croissance à l’âge du numérique est faites de bulles et de krachs. La valeur du patrimoine augmente a mesure que baisse le taux d’intérêt ou/et diminue le taux de profit (i.e. un loyer d’une valeur x donne a un appartement une valeur bien supérieur si le taux d’intérêt est bas que s’il est haut).

Les pays riches se débattent dans la stagnation séculaire mais, pendant ce temps, les pays émergents connaissent une croissance époustouflante.

De 1800 à 2010, la population a été multipliée par 7 et le besoin énergétique par 40.

A partir des années 70, nous sommes entrés dans une « grande transformation » qui a brisé la croyance en un avenir meilleur.

La crise accroit aussi la frustration des peuples à l’égard de la démocratie.  Ce ne sont plus les votes de classes moyennes qui font les majorités, mais les classes les plus pauvres aux votes les plus mobiles.

Le « désenchantement du monde » lorsque la magie ou la foi laisse place à la raison comme principe organisateur.

La télévision, qui conduit à rester allonger dans son fauteuil le soir, à joué un rôle considérable dans cette évolution vers une société véritablement individualiste.

Lorsque le monde devient fiable, quand l’insécurité s’éloigne, les populations deviennent plus tolérantes, elles aspirent d’avantage à l’autonomie. Le respect de l’homosexualité est plus prononcé par ceux qui se réclament de valeur post matérialiste. L’attitude  vis-à-vis de l’égalité homme/femme est parfaitement corrélée aux valeurs de l’affirmation de soi.

Le double bind : on dit aux salaries « sois autonome, prends des initiatives » tout en multipliant les procédures qui leur interdisent de fait toute autonomie