Archives for category: philosophie

Slavoj Zizek, Trouble in Paradise, 2014

Image result

There is something very hypocritical in the formula ‘forgive but do not forget’ which I deeply manipulative as it means: I forgive you, but by not forgetting your misdeed, I will make sure that you will for ever feel guilty about it.

One of the main danger of capitalism: although it is global and encompass the whole world, it sustains a stricto sensu worldless ideological constellation, depriving the large majority of people of any meaningful cognitive mapping. Capitalism is the first socio-economic order which de-totalizes meaning: it is not global at the level of meaning. There is no global ‘capitalist world view’: the fundamental lesson of globalization is precisely that capitalism can accommodate itself to all civilisations.

While modernization in Europe was spread over centuries, the Muslim world has been exposed to this impact directly, without temporal delay, so their symbolic universe has been perturbed much more brutally – they have lost their symbolic ground with no time left to establish a new balance. No wonder, then, that the only way for some of these societies to avoid total breakdown was to erect in panic the shield of fundamentalism.

People do no rebel when things are bad but when their expectations are disappointed (the French revolution, 1956 revolt in Hungary, Egypt in 2011).

Willy Brandt knew that the capitalist system is ready to make considerable concessions to the workers and the poor only if there is a serious threat of an alternative, of a different mode of production which promises workers their rights. The moment this alternative vanishes, one can proceed to dismantle the welfare state.

Fareed Zakaria has pointed out that if developing countries are prematurely democratized, the result is a populism which ends in economic catastrophe and political despotism. No wonder that today’s economically most successful third world countries (Taiwan, South Korea, Chile) embraced full democracy only after a period of authoritarian regime. Does this line of thinking not provide the best argument for the authoritarian regime in China?

Austerity politics is not really a science, not even in a minimal sense. It is much closer to a contemporary form of superstition – a kind of gut reaction to an impenetrably complex situation.  Austerity is not ‘too radical’, as some leftist critics claim, but, on the contrary, too superficial: an act of avoiding the true roots of the crisis.

The ultimate triumph of capitalism comes about when each worker becomes his or her own capitalist, the ‘entrepreneur of the self’ who decides to invest in his or her own future (education, health) paying for these investment by becoming indebted. What were formally rights (to education, to health, to housing) thus become free decision to invest.

Philanthropic colonialism (by Peter Buffett, Warren’s son): As more lives and communities are destroyed by the system that creates vast amounts of wealth for the few, the more heroic it sounds to give back. But this just keeps the existing structure of inequality in place.  With more business minded folks getting into the act, business principles are trumpeted as an important element to add to the philanthropic sector….micro-lending and financial literacy: doesn’t all of this just feed the beast?

The work of charity (of Gates, Soros etc.)  is not a personal idiosyncrasy, whether sincere or hypocritical, it is the logical concluding point of capitalist circulation, necessary from the strictly econonomic stand point since it allows the capitalist system to postpone its crisis.

Velle bonum alicui : charity is the past-time of those who are indifferent.

Jean Claude Milner – the stabilising class: the class of those who, even when they call for change, do so only to enforce changes that will make the system more efficient and ensure that nothing will really change.

Zardoz (1974) – post apocalyptic, a world radically divided along class line.

Peter Sloterdijk – the world interior of capitalism which is inhabited by one and a half billion winners of globalisation. Three times this number are left standing outside the door. After the process that transformed the world into the globe, social life could only take place in an extended interior. As cultural capitalism rules, all world-forming upheavals are contained: no historic event could take place, only domestic accident.

One of the terrifying effects of the non-contemporaneity of different level of social life is the rise of violence against women – not just random violence, but systemic violence, violence specific to a certain social context, follows a pattern, and transmit a clear message (e.g. gang rape in India by poor people)

The social dislocation due to fast industrialisation and modernisation (in Canada, Mexico, India) provokes a brutal reaction of men who experience this development as a threat.

The Pope to Napoleon: I know your aim is to destroy Christianity. But believe me, Sire, you will fail – the Church has been trying to do this for 2000 years and still hasn’t succeeded.

T.S. Eliot : there are moment when the only choice is the one between heresy and non-belief, when the only way to keep a religion alive is to perform a sectarian split from its main corpus.

Kant : all actions relating to the right of other men are unjust if their maxim is not consistent with being rendered public. A secret law would legitimise the arbitrary despotism of those who exercise it.  Compared this to title of a recent report on China : ‘Even what’s secret is a secret in China.’

The ideological stakes of such individualisation (of the efforts to save the planet through recycling, use of different transport system etc.) are easily discernible: I get lost in my own self-examination instead of raising much more pertinent global questions about the entire industrial civilisation.

Fukuyama: the protest movement that toppled Mubarak was predominantly the revolt of the educated middle class, with the poor workers and farmers reduced to the role of observers. But once the gates of democracy were open, the Muslim Brotherhood, whose social base is the poor majority, won the elections. The core of secular protester understandably turn against them and was ready to endorse even a military coup.

Jean Pierre Taguieff: Islam is turning out to be the Marxism of the twenty first century, prolonging, after communism, its violent anti-capitalism.

Is the rise of radical Islam correlative to the disappearance of the secular Left in Muslim countries?

Arab countries were all more or less authoritarian, so that the demand for social and economic justice was spontaneously integrated into the demand for democracy, as if poverty was the result of the greed and corruption of those in power, and it was enough to get rid of them. What happens is that we get democracy, but poverty remainsWhat to do then?

Badiou: a true idea is something that divides, in a true idea, universality and division are two sides of the same coin.

IN hindsight, we can now see that the original trouble in paradise was the Khomeini revolution in Iran, a country which was officially thriving, on the fast track to pro-western modernization, and the West staunchest ally in the region.

Turkey : the protesters intuitively sensed that market freedom and religious fundamentalism are not mutually exclusive, that they can work hand in hand – a clear sign that the eternal marriage between democracy and capitalism is nearing divorce.

Sometimes, because it lacks legitimacy, an authoritarian regime can be more responsible towards its subjects than a democratically elected one. On the contrary a democratically elected government can fully exert its power for the narrow private interest of its members.

It is crucial to see this ethical regression (racism, protest against gay marriage etc.) as the obverse of the explosive development of global capitalism – they are two sides of the same coin.

Aid resemble the case of domestic social welfare policies within those (donor) countries: in both cases, redistribution simply functions as another link in the process of capitalist accumulation. Far from eliminating inequality, redistributive justice actually proliferates inequality.

Incentives may be useful in getting people to accomplish boring routing work, but with more intellectually demanding tasks, the success increasingly depends on being nimble and innovative, so there is more need for people to find intrinsic value in their work.

The best use of money as a motivator is to pay people enough to take the issue of money off the table.

The stabilization under the reign of Putin mostly amounts to the newly established transparency of these unwritten rules: now, again, people mostly know how to act or react in the complex cobweb of social interaction.

In the 1990s, a silent pact regulated the relationship between the Western power and Russia: Western states treated Russia as a great power on condition that Russia effectively didn’t act as one.

The British colonization of India created the conditions for the double liberation of India: from the constraints of its own tradition as well as from colonization itself.

Steve Jobs: a lot of times, people don’t know what they want until you show it to them.

The French revolution offered the promise of a state founded on a set of principles as opposed to one based upon a nation or a people.

China: As an organization, the Party sits outside, and above the law. It should have a legal entity, in other word, a person to sue, but it is not even registered as an organization. The Party exists outside the legal system itself.

Advertisements

Matière Première, Raphael Enthoven, 2013

Image result for raphael enthoven

Vous avez bien-sur déjà acquis notre carte de fidélité, puisque le simple fait que vous soyez client est une preuve irréfragable de votre sagesse.

Qui est ce ‘je’? Une médiocre volonté générale qui, au lieu d’en appeler à la dimension publique d’un individu, sacrifierait paradoxalement l’intérêt commun à l’intérêt prive, élèverait au rang de principe et rendrait interchangeable l’expression picrocholine d’un désir particulier.

L’indignation n’est pas une valeur, mais une réaction. Elle ne relève pas de la réflexion, mais du reflexe. Elle est compatible avec tous les discours, toutes les opinions (on peut s’indigner de tout). L’indignation est comme l’ultra levure : elle a sa place dans tous les gâteaux. Simultanément plastique et stable, l’indignation s’adapte a tous les combats, dignifie toutes les luttes, embellit tous les dogmes. C’est commode. L’indignation permet a chacun d’émettre un avis qu’un raisonnement n’invalide. C’est évident : comment remettre en cause un discours qui ne s’occupe que des effets ? Autant contester l’incontestable.

Le politiquement incorrect part d’une bonne intention. Quand on fait la guerre aux bons sentiments, on ne peut pas être tout à fait mauvais. Parce que le politiquement incorrect se refuse a tenir l’impuissance pour une bonté, la pauvreté pour une vertu, la jeunesse pour une valeur, la lâcheté pour une patience, la faiblesse pour de l’humilité et l’humilité pour une faiblesse, il se donne comme le poison ‘dont meurent les natures les plus faibles’ mais qui ‘fortifie les forts’ (Nietzsche). Le politiquement  incorrect, essentiellement négatif, est […] ce que le scepticisme est a la connaissance : une connaissance nécessaire et non-suffisante, un point de départ qu’il serait intellectuellement suicidaire de tenir pour une fin en soi. C’est à l’inévitable dévoiement du politiquement incorrect qu’on doit de subir les imprécations démagogiques des histrions qui, réduisant la sincérité au courage de déplaire, déclare sans vergogne que ‘les civilisations sont inégales’, qu’il y a ‘trop de juif dans les medias’, et mendient ensuite le suffrage d’un scandale.

Rousseau incarne, a son corps défendant, l’anti talent de penser comme tout le monde quand on pense tout seul. Rousseau est le porte-parole des théories naturelles, c’est-à-dire des façons de voir, d’entendre et de penser qui nous viennent naturellement quand on se prend pour le centre du monde et qu’on prend la contradiction pour une offense.

On peut se réjouir que l’esprit humain sache voir du mouvement la ou il n’y a que de l’immobilité (photo) et constater qu’une telle illusion n’est pas étrangère a celle qui donne a la fiction un pouvoir de réalité incomparablement supérieure a la simple et fade retranscription des faits – il arrive que la technique rapproche du monde.

Pourquoi les indignes ont-ils élu Fawkes a sa tête ? A quoi Fawkes doit-il d’être le joker des mécontents ? A son tempérament de conspirateur qui flatte en chacun le sentiment de traquer la vérité que lui dérobent les puissants ? Il est vrai que la tendance a s’effacer derrière la cause que l’on défend juxtapose opportunément l’esprit de révolte et l’oubli de soi […] et le masque va comme un slogan ‘just a guy’ a ceux qui se déguisent ainsi pour cracher en cadence a la figure d’un ennemi lui-même sans visage.

De la même manière qu’on ne sauve pas les gens qui ne meurent pas, on ne condamne pas à mort les gens qu’on n’a pas sauves. Cette façon bizarre de présenter les choses cède implicitement a l’illusion d’un monde possible dans lequel, les bonnes décisions n’ayant pas été prises, il y aurait plus de morts que dans celui-ci. […] C’est aussi absurde de dire d’un vers ‘que ce n’est pas de la prose’ .Ce faisant, comme l’explique Bergson, vous traduisez les données de perception, qui montre un vers, dans la langue de l’attente qui est fixée sur l’idée de prose et ne veut entendre parler que d’elle.

Au pays du buzz, on se moque de se qui compte, et seul compte ce dont on peut se moquer. Ce n’est pas parce qu’un fait est intéressant qu’on en parle, c’est parce qu’on en parle qu’il est intéressant. A l’heure du Buzz, le nombre de clic est une valeur en soi ; qu’on en parle bien, qu’on en parle mal, l’important, c’est qu’on en parle.

À l’antipode du témoignage, le micro-trottoir brandit l’extime conviction d’une foule que les convenances combles. Le micro-trottoir […] c’est l’âge de pierre de l’opinion, […] le cercle des gens convaincus qu’il leur suffit d’être dans le vague pour avoir des idées larges.

[Lady Gaga] profondément superficielle ou bien superficielle par profondeur, la reine des avatars est une preuve que le sens du monde ou nous vivons  se trouve à la surface des simulacres qu’il produit.

Difficile simplicité: toute la complexité d’une doctrine, enseigne Bergson, tient à l’abime qui sépare la simplicité d’une intuition, des moyens dont on dispose pour l’exprimer.

Le dernier qui s’en va éteint la LUMIERE – Paul Jorion – 2016

Crise environnementale, crise de la complexité (les interactions augmentent entre des populations de plus en plus nombreuses dans un environnement de plus en plus mécanisé où nous confions nos décisions à l’ordinateur), crise économique et financière due au fait que nos systèmes sont une gigantesque machine a concentrer la richesse (alimentées par les intérêts de la dette et dont les effets délétères sont encore amplifiés par la spéculation (pari sur la hausse ou la baisse des titres financiers).

Nous croissons aujourd’hui a raison de 77 millions d’êtres humains supplémentaires par an.

Thomas Hobbes – la guerre du tous contre tous.

Depuis d’adoption du protocole de Kyoto visant a reduire les emissions de gas a effet de serre, les émissions annuelles de carbone sont passées de 6400 à 8700 millions de tonnes. On mesure la l’efficacité de nos efforts en la matière.

Il s’agit de réintroduire des notions telles que le bonheur, non pas mesuré puisqu’il est d’une nature qui ne se prête pas à la mesure, mais comme quelque chose de présent plutôt qu’absent.

Aristote : les valeurs et les prix relèvent de domaines absolument distincts. Il n’y a pas de valeur cachée derrière un prix, la seule chose qu’il y ait la est un rapport de forces entre êtres humains.

Trop de CO2 ou de dioxyde d’Azote, trop de phosphates….Aussi longtemps qu’il ne sera pas questions de qualités, tout calcul est condamné à n’être que comptes d’apothicaire dont aucune vérité profonde n’émergera jamais.

Gilens et Page, 2014 : ils ont comparé un catalogue d’objectifs politiques exprimés dans l’opinion publique (1779 en tout) et examiné si les mesures ont été, oui ou non, mis en œuvre. Conclusion : l’opinion de la majorité est ignorée : elle ne compte pas et n’est pas reflétée dans les mesures qui sont prises. Aux etats unis règne un système politique caractérisé par la domination d’une élite écconomique.

Lacordaire (1802-1861) avait dit « entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maitre et le serviteur, c’est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit ».

Les entreprises innovantes d’aujourd’hui exigent désormais une mise de fonds importante en capital, ne créent pour l’essentiel que des emplois très qualifiés en petit nombre par rapport au chiffre d’affaires. La firme WhatsApp ne comptait que 50 employes quand elle fut rachetée pour 19 milliard de dollars par Facebook. La technologie ne crée pas nécessairement d’emploi.

On progresse vers une économie ou le vainqueur emporte tout (the winner takes all) ou un très petit nombre de travailleurs très qualifies créent une part disproportionnée de la richesse.

Alain Supiot : L’imaginaire cybernétique tend à effacer la différence entre l’homme, l’animal et la machine, saisi comme autant de système homéostatique communiquant les uns avec les autres.  A ce nouvel imaginaire correspond le passage du libéralisme économique – qui place le calcul économique sous l’égide de la loi – à l’ultralibéralisme, qui place la loi sous l’égide du calcul économique. Etendu a toutes activités humaines, le paradigme du marché occupe désormais la place de norme fondamentale à l’échelle du globe.

L’invention du statut de la personne morale, calqué sur celui de la personne physique (la justification intuitive en étant que celle-ci dispose, comme souvent la personne physique, d’un patrimoine) prit place aux Etats Unis au milieu du XIXe siècle.

Au fils des ans, les droits des personnes morales ne cessèrent de croitre et leurs devoirs de se réduire, tandis que l’immortalité potentielle qui leur était dorénavant assurée leur permettait une accumulation quasi infinie de patrimoine et du pouvoir qui lui est associe.

La formulation juridique des principes ultralibéraux crée par anticipation le cadre de fonctionnement d’un univers peuplé seulement de robots.

Lord Adair Turner, patron du régulateur des marchés financiers au royaume uni qui dressa en 2010 la liste des activités inutiles, voire nocives, de la finance. Il est nocif qu’un secteur dépasse la taille correspondant à son véritable rôle économique. A un contradicteur prétendant que le secteur financier devait s’efforcer de devenir le plus gros possible, il avait répondu que l’on imagine pas des centrales électriques cherchant à excéder la demande du marché.

La promotion implicite du court termisme par la philosophie qui sous-tend la règlementation comptable date des années 1980 et est lié à l’internationalisation et la privatisation de la rédaction des règles comptables (grandes firmes d’audit et l’International Accounting Standard Board – qui est finance par ces mêmes firmes). IASB est domicilié dans l’état du Delaware qui constitue un havre fiscal. Conflit d’intérêt, puisque IASB est aussi finance par les mêmes firmes d’audit, et aucun contrôle démocratique….

La comptabilité moderne a évolué en trois temps : primo, début du XIX, les bénéfices ne sont comptabilises que lorsqu’ils sont apparus : pour distribuer des parts il faut d’abord  avoir couvert les coûts. Secundo au milieu du XIX, les bénéfices apparaissent anticipées en enkystant le passif, et ce pour ne pas décourager les petits investisseurs dont on avait besoin pour financer les grands projets de construction. Tertio, les années 1980, la comptabilité  « mark to market » au prix du marché, les bénéfices sont distribués à titre anticipé. Le moindre bénéfice est aussitôt partagée entre amis, et s’il manque de l’argent pour l’entreprise, on l’emprunte !

Les docteurs de l’Eglise, au Moyen Age, appelait « usure » ce que nous appelons « crédit à la consommation » et bannissaient le paiement d’intérêts sur des sommes empruntées pour la seule et unique raison que l’emprunteur y était forcé.

Au cours des premiers siècles de notre ère, la concentration de la richesse a condamné une part toujours croissante de la population au surendettement, entrainant l’apparition d’un statut social inédit : celui, devenu rapidement héréditaire, de serf attaché de génération en génération a la terre de son maitre.

Le système économique nécessite la croissance comme l’un de ses éléments constituants en tant qu’il est un système capitaliste, et qu’il est donc impossible de parler de décroissance sans remettre en question la nature capitaliste de notre système économique. Le système économique n’est pas monolithique : il est à la fois « capitaliste », « de marché », « libéral » voire « ultralibéral ».

Comptabiliser le travail comme coût (qu’il convient donc de minimiser pour augmenter les dividendes) et les dividendes comme part de profit est en réalité arbitraire : c’est l’expression d’un choix politique. Un juste partage exige la remise en cause des règles comptables qui traitent les salaires comme des coûts, et les bonus de la direction et les dividendes des actionnaires comme des parts de bénéfices, pour considérer tous ensemble comme avances faites au même titre à la production de marchandises ou de services.

Le coût de la crise des « subprimes » fut considérable : 8% du PIB de la zone euro. Les garanties des Etats de la zone euro au secteur financier équivalaient en 2014 à 2.7% du PIB en 2014.

Un article signé Vitali, Glattfelder et Battiston mettait en évidence en 2011 l’existence, en parallèle du réseau de pouvoir que forme les Etats, d’un autre réseau constitué en son cœur par un nombre restreint  (147) de compagnies transnationales dont la puissance économique est considérablement supérieur à celle des Etats.  Un nombre réduit d’individu (737) exerce le pouvoir effectif au sein de (80%) ces compagnies. Les trois quarts des 147 compagnies sont des établissements financiers.

Apple, jouant sur les ambiguïtés des codes des impôts nationaux, a même réussi la gageure de n’avoir aucune domiciliation fiscales pour les principales composantes de son conglomérat, et d’être ainsi pleinement déterritorialisé. Aucun devoir, aucun engagement ne lie (ces entreprises internationales) à une véritable communauté de citoyens en aucun endroit du globe.

Si l’on veut stopper le processus de destruction en cours, le choix est simple : il faut imposer à la finance, l’éthique qui prévaut dans les autres départements de nos sociétés : mettre fin le plus rapidement possible à l’extraterritorialité éthique dont elle bénéficie à l’heure actuelle.

The Economist 2012 : à la questions envers qui il conviendrait qu’il se sentent davantage responsables, les leaders de la finance considèrent : leur PDG (pour 48%), leur actionnaires (pour 44%)…les choix les moins populaires sont la société dans son ensemble (pour 25%) l’Etat (11%). Le monde financier reste convaincu du bien-fondé de son extraterritorialité sur le plan éthique.

Francois Debauche nous à enseigné des choses précieuses, consciencieusement retenues.

Rien ne permet d’exclure que les processus biologiques ne produisent eux aussi ultérieurement, par émergence,  un type de phénomène d’une nature inédite. Et que, du coup, ce qui nous avions imaginé à tort comme étant intervenu avant nous, la présence d’un Dieu démiurge ayant été la cause de notre monde, n’apparaisse en fait ultérieurement au sein du monde. Dieu non comme la cause mais comme la conséquence de cet univers.

Rees : « Notre ère d’intelligence organique constitue un triomphe de la complexité sur l’entropie mais un triomphe passager, qui sera suivi d’une période considérablement plus longue d’intelligence inorganique, beaucoup moins contrainte par son environnement.  Il est probable que les extraterrestres auront opéré la transition qui permet de dépasser le stade organique il y a déjà très longtemps ».  Proposition intrigante qui implique que nous perdons notre temps quand nous recherchons aujourd’hui des manifestations de vie intelligente. Devons-nous attrister que l’être humain ne soit pas le point culminent de l’évolution ? Que les humains ne soient que les précurseurs fugaces d’une culture dominée par les machines ?

Hegel – S’impose a nous la question de savoir si, derrière le vacarme, ne se trouverait pas une œuvre intérieur dans laquelle serait emmagasinée la force des phénomènes et à laquelle tout profiterait. C’est la catégorie de la Raison, celle de la pensée d’une fin ultime en elle-même. Le ruse de la Raison : la Raison s’accomplit, quelque que soit la représentation qu’en ont les hommes par le truchement de ce qui se réalise dans le monde. Mais pour Hegel toujours, ce n’est pas tant l’histoire qui réalise la raison, que nous qui la lisons dans son déroulement. La Raison est donc cette chose qu’on est à même de lire dans l’histoire, bien davantage qu’elle n’y est véritablement présente.

Justice, Michael J. Sandel (2009)

To acknowledge the moral force of the virtue argument is not to insist that it must always prevail over competing consideration.

Aristotle maintains that we can’t figure out what a just constitution is without reflecting first on the most desirable way of life. Law can’t be neutral on questions of the good life. By contrast, modern political philosophers (Kant to Rawls) argue that the principle of justice should not rest on any particular conception of virtue, or of the best way to live. Instead, a just society respects each person’s freedom to choose his or her conception of a good life.

Utilitarianism seeks the greatest happiness for the greatest number. Other theories connect justice to respect for individual rights, though they disagree about which rights are most important. Finally, some theories see justice bound up with virtue and good life, virtue often identified with cultural conservatives and religious right. But the notion that a just society affirms certain virtues has inspired political movements and arguments. Not only the Taliban, but also abolitionists to Martin Luther King…

Killing the three afghan goatherds would have saved the lives of his three comrades and the 16 US troops who tried to rescue them. He could not bring himself to kill unarmed civilians in cold blood (despite his team calling for it)

Plato’s point is that to grasp the meaning of justice and the nature of a good life, we must rise above the prejudices and routines of everyday life.

Two rival approach of justice. The first says that the morality of an action depends solely on the consequences it brings about. The second considers that certain duties and rights should command our respect, for reason independent of the consequences.

Bentham’s utilitarianism : there are no rights that are fundamental (‘nonsense upon stilts’). The right thing to do is to maximize utility, whatever produces pleasure or happiness. The most glaring weakness of utilitarianism is that it fails to respect individual rights. If only each person’s preference matter, norms of decency and respect can be violated. Throwing Christian to lions is justified if enough romans derive enough pleasure from the spectacle…

Philip Morris study: although smokers impose higher medical costs on the budget while they are alive, they die early and so save the government on health care, pensions, housing for the elderly. Once positive effects are taken into account – including cigarette tax revenues – the net gain to the treasury is $147million per year. A fuller cost-benefit analysis would add an amount representing the cost of dying early for the smoker and his family…

In the early 70s the cost of traffic fatalities in the US, taking into account future productivity losses, medical costs, funeral costs, and the victims pain and suffering, High Traffic Safety Administration arrived at $200,000 per fatality. In 2003 the US Environmental Protection Agency presented a cost-benefit analyses of new air pollution standard: $3.7 million per life – $2.3million for those older than 70. Today US government agencies us $6 million per life when setting pollution standards and health and safety regulations. Trading off certain levels of safety for certain benefits and conveniences is unavoidable, they argue, we should do so with our eyes open even if that means putting a price tag on human life.

It is not possible to measure and compare all values and goods on a single scale (critics of utilitarianism).

 

John Stuart Mill, a generation after Bentham, tried to recast utilitarianism in a more humane, less calculating doctrine and attempted to reconcile it with individual rights: people should be free to do whatever they want, provided they do no harm to others. Mill thinks we should maximize utility, not case by case, but in the long run. And, over time, respecting individual liberty will lead to the greatest human happiness. But since it appeals to moral ideals beyond utility – ideals of character and human flourishing – it is a renunciation of Bentham utilitarianism, despite claims to the contrary.

Bentham died in 1832, at the age of 84. His body has been preserved  and can be found at University College London in a glass case. International Bentham Society.

Libertarianism: taxing the rich to help the poor is unjust. It violates their liberty to do with their money whatever they please. Milton Friedman in 1962 argued that any widely accepted state activities are illegitimate infringements on individual freedom. Friedman reject social security or minimum wage law on such grounds. Libertarians sees a moral continuity from taxation (taking my earnings) to forced labor (taking my labor) to slavery (denying that I own myself).

Conscription ran against the grain of the American individualist tradition, and the Union draft (1862) made a striking concession to that tradition: anyone who was drafted and didn’t want to serve could hire someone else to take his place.

For those with limited alternatives, the free market is not all that free.

Proportionate to the population, today’s active-duty military establishment is about 4 percent of the size of the force that won World War II. This makes it relatively easy for policy-makers to commit the country to war without having to secure the broad and deep consent of the society as a whole.

Once you accept the notion that the army should use the labor market to fill its ranks, there is no reason in principle to restrict eligibility to American citizens – no reasons, unless you believe military service is a civic responsibility after all, an expression of citizenship.

The Indian city of Anand may soon be to paid pregnancy what Bangalore is to call centers. In 2008 more than fifty women in the city were carrying pregnancies for couples in the US, Taiwan, Britain etc. They earn $4500 to $7500, more than what they would make in 15 years.  At $25,000 for the parents, it is a third of what it would be for gestational surrogacy in the US.

Locke rejects the notion that we may dispose of our life and liberty however we please.

Kant offers an alternative account of duties and rights. It does not depend on the idea that we own ourselves. It depends on the idea that we are rational being, worthy of dignity and respect.  What we commonly think as market freedom or consumer choice is not true freedom, Kant argues, because it simply involves satisfying desires we haven’t chosen in the first place. Basing morality on interests and preferences destroys its dignity. It does not teach us how to distinguish between right and wrong, but “only to become better at calculation”. He argues that we can arrive at the supreme principle of morality through the exercise of “pure practical reason”. According to Kant, the moral worth of an action consists not in the consequences that flow from it, but the intention from which the act is done. He maintains that only the motive of duty confers moral worth of an action. The compassion of the altruist (compassion or taking pleasure to help the others) deserves praise and encouragement, but not esteem (reserved to moral behavior).

Kant “Act only on that maxim whereby you can at the same time will that is should become a universal law”.

For Kant, justice requires us to uphold the human rights of all persons simply because they are human beings, capable of reason, and therefore worthy of respect. This is the categorical imperative that requires us to treat persons with respect, as ends in themselves.

When we think ourselves as free, we transfer ourselves into the intelligible world as members and recognize the autonomy of the will together with its consequence – morality.

Science can investigate nature and inquire into the empirical world, but it cannot answer moral questions or disprove free will. Moral and free will can’t prove they exist, but neither can we make sense of our moral lives without presupposing them.

The categorical imperative requires that I treat all persons (including myself) with respect – as an end, not merely as a means (Kant).

Wouldn’t it be right to lie to a murderer? Kant says no. The duty to tell the truth holds regardless of the consequences.

Kant thought that there is a morally relevant difference between a lie and a misleading truth. The difference, I think, is this: a carefully crafted evasion pays homage to the duty of truth-telling in a way that an outright lie does not. Anyone who goes to the bother of concocting a misleading but technical true statement when a simple lie would do expresses, however obliquely, respect for the moral law.

The mere fact that a group of people in the past agreed to a constitution is not enough to make that constitution just.

 Rawls believes that two principles of justice would emerge from the hypothetical contract. The first provides equal basic liberties for all citizens, such as freedom of speech etc. the second concerns social and economic equality. Although it does not require an equal distribution of income and wealth, it permits only those social and economic inequalities that work to the advantage of the least well off members of society.

The veil of ignorance (of Rawls) ensures the equality of power and knowledge that the original position requires. By ensuring no one knows his or her place in society, his strength or weaknesses, his values or ends, the veil of ignorance ensures that no one can take advantage, even unwittingly, of a favorable bargaining position.

The difference principle (of Rawls) represents an agreement to regard the distribution of natural talents as a common asset and to share in the benefits of this distribution. Those who have been favored by nature may gain from their good fortune only on terms that improve the situation of those who have lost out.

Rawls reject moral desert as the basis for distributive justice on two grounds: 1st my having talents to enable me to be more successful than others is not entirely my own doing.2nd the quality the society happens to value at any given time is also morally arbitrary.

Can we ever have a moral responsibility to redress wrongs committed by a previous generation?

In 1922 Harvard’s president proposed a 12% limit on Jewish enrollment, in the name of reducing anti-Semitism. “the anti-Semitic feeling among students is increasing” he said, “ and it grows in proportion to the increase in the number of Jews”.

Debates about distributive justice are about not only who gets what but also what qualities are worthy of honor and reward.

For Aristotle, “the end of the state is not to provide alliance for mutual defense….or to ease economic exchange and promote economic intercourse”. Politics is about something higher. It is about learning to live a good life. Only in political association can we deliberate about justice and injustice and the nature of the good life.

The case went to the United States Supreme Court, where the justices found themselves wrestling with what seemed to one a silly questions, at once beneath their dignity and beyond their expertise: “ is someone riding around a golf course from shot to shot really a golfer?”

Anyone can deplore an injustice. But only someone who is somehow implicated in the injustice can apologize for it.  Critics of apologies correctly grasp the moral stakes. And they reject the idea that the current generation can be morally responsible for the sins of their forebears.

Kant: To be free is to be autonomous and to be autonomous is to be governed by a law I give myself.

The notion that we are freely choosing selves supports the idea that the principles of justice should not rest on any particular moral or religious conception; instead they should be neutral among competing visions of the good life.

MacIntyre we all approach our own circumstances as bearers of particular social identity. I inherit from the past of my family, my city, my tribe… a variety of debts, inheritances, expectations and obligations. These constitute the given of my life, my moral starting point. This however is at odds with modern individualism. Are we bound by some moral ties we haven’t chosen and that can’t be traced to a social contract?

Obligation of solidarity are particular, not universal, they involve moral responsibilities we owe, not to rational beings as such, but to those with whom we share a certain history. They do not depend on an act of consent. They derive from the recognition that my life story is implicated in the stories of others.

The capacity for pride and shame in the actions of family members and fellow citizens is related to the capacity for collective responsibility.

A politics emptied of substantive moral engagement makes for an impoverished civic life. It is also an open invitation to narrow, intolerant moralisms. Fundamentalists rush in where liberals fear to tread.

Kennedy: his religious faith was a private matter and would have no bearing on his public responsibilities. For Obama however it is a mistake to insist that moral and religious convictions play no part in politics and law because “addressing problems such as poverty and racism, the uninsured and the unemployed” would require changes in hearts and a change in mind.

Rawls’ test: To check whether we are following public reason we might ask: how would our argument strike us presented in the form of a supreme court opinion?  This is a way to make sure our argument are neutral in the sense that liberal public reason requires.

For abortion or stem cell research, it’s not possible to resolve the legal question without taking up the underlying moral and religious question. Regarding same sex marriages, three policies can be summarized as follows: recognize only marriages between a man and a woman; recognize same sex and opposite sex marriages; don’t recognize marriage of any kind (and privatize them, without state sanction or interference). The real issue in the gay marriage debate is not freedom of choice but whether same-sex unions are worthy of honor and recognition by community – whether they fufill the purpose of social institution of marriage.

We have seen three approaches of justice.  One says justice is to maximize utility or welfare; one says justice means respecting freedom of choice and one says justice involves cultivating virtue and reasoning about common good.

Au péril des idées, Tariq ramadan, Edgar Morin, 2014

 

 

 

E.M. La France ou s’accroissent une répulsion et une incompréhension, voire une réduction de l’islam à ses minorités les plus violentes.

E.M. Car la démocratie, ce n’est pas seulement la séparation des pouvoirs ni la loi de la majorité, c’est aussi l’existence de la diversité et de la conflictualité des idées.

Journaliste : Un arrêté municipal de septembre 1900 interdisant le port de la soutane au Kremlin-bicêtre…

E.M. Le statut légal ne règle pas tout aujourd’hui. Le fait d’être citoyen ne dit rien sur le sentiment d’appartenance. C’est ce sentiment qui façonne la personne, pas le passeport.

Journaliste : A propos du statut de la femme, le plus important n’est pas de répertorier ce qui la différencie de l’homme, mais au contraire d’établir ce qui fait qu’un homme et une femme possèdent un patrimoine en commun, de manière à mieux le défendre.

E.M. Il y a encore des régions en France, au Pays basque par exemple, où les femmes ne s’assoient pas avec les hommes à l’église. L’émancipation féminine est une œuvre historique très longue, encore inachevée dans nos pays.

T.R Mircea Eliad écrit qu’il a rencontré partout des hommes et des femmes en quête de sens, animés d’une aspiration en soi religieuse. Il ajoute que la croyance fait partie de la structure de la conscience humaine.

E.M. les dieux sont le produit de l’esprit humain. Et ce que je dis des dieux, je le dis des idéologies. Et quand l’humanité mourra, je crois que ces dieux n’existeront plus.

E.M. Je pense qu’en cas de contradiction éthique, face à deux impératifs moraux antagonistes, on peut adopter une morale provisoire et […] traiter ces contradictions au cas par cas.[…] Ainsi la révolution francaise, merveilleux lever de soleil, besoin de liberté, etc.S’ensuivent la Terreur, Bonaparte, l’Empire…Les événements, les contextes trompent les bonnes intentions, devient, voire détournent le sens de l’action. L’éthique est aléatoire.

E.M. Mon idée c’est qu’il faut être conscient de faire un pari. Je garde en moi la capacité de corriger mon action.

Hoderlin : « la où croît le péril, croît aussi ce qui sauve »

E.M. Devant un film, nous voyons des personnages que, dans la vie, nous ne regardons même pas – le vagabond incarné de Charlot. Voilà un personnage que, dans la vie normale, nous réduisons à l’élément extérieur, le moins avantageux de leur personnalité ; or, au cinéma, nous apparaît leur complexité.

E.M. La métamorphose de la chenille qui s’entoure d’un cocon pour devenir papillon. Elle commence par détruire certaines de ses fonctions, son tube digestif, alors qu’elle conserve son système nerveux. Au terme de nombreuses transformations, ressort un être tout à fait nouveau qui est cependant le même. Il a gardé son identité tout en transformant sa forme.

E.M. La révolution ne peut être que violente (du passé faisons table rase), de façon à arracher jusqu’à la racine les éléments de l’ancienne société. L’idée de métamorphose maintient une continuité dans la transformation.

E.M. Même le discours religieux est nourri par ce populisme qui galvanise les peuples au nom d’une identité qui les distinguerait des autres peuples et d’un discours essentiellement fondé sur l’altérité. C’est extrêmement dangereux.

E.M. Dans notre civilisation occidentale développée et mondialisée, on observe un sous-développement de tout ce qui est solidaire et communautaire et un surdéveloppement de ce qui est égocentrique et égoïste. Ce n’est pas l’individualisme en soi qui est mauvais, car il peut permettre la responsabilité et l’autonomie, c’est l’égoïsme et la fermeture sur soi.

Pascal : « le contraire d’une vérité n’est pas une erreur, mais une vérité contraire »

T.R. la conception occidental a souvent été de considérer que l’art échappe à la morale et que c’est son essence même de transgresser, de dépasser des limites et qu’au fond, littérairement, artistiquement, tout est permis ou doit l’être. Les autres civilisations du monde n’ont jamais abordé les choses de cette façon. L’art y est toujours considéré comme une invitation à l’élévation, nourrie par des considérations éthiques.

 

Eloge de la dette, Nathalie Sarthou-Lajus, 2012

 

Une lecture philosophique valorise la dette comme paradigme du lien social, à côté de l’échange et du don.

Deux modèles de dons : une conception philosophique du don pur, inconditionnel et sans attente de retour et une conception dominante dans les sciences sociales qui comprend la possibilité d’un retour sans qu’il y ait obligation ou calcul d’une équivalence.

Pendant des millénaires s’endetter a donc signifié risquer de perdre sa liberté, pour un temps ou à jamais.

Ses effets immédiats furent de libérer des possibilités inédites d’émancipation mais aussi de précariser le lien social.

Le sacrifice du Christ – selon Nietzsche Dieu lui –même s’offrant en sacrifice pour payer les dettes de l’homme, Dieu se payant à lui-même, Dieu parvenant seul à libérer l’homme de ce qui pour l’homme même est devenu irrémissible, le créancier s’offrant pour son débiteurL’économie chrétienne du don serait en réalité une économie de la dette.

Le potlatch en Polynésie et la kula en Mélanésie, qui se présent comme des échanges de dons tout à fait distincts du troc. Ces échanges se dégagent de tout contexte utilitaire et ont un caractère essentiellement festif. La finalité de la transaction n’est pas la possession ou la consommation du bien, mais la transaction elle-même et le type de confrontation interpersonnelle qu’elle permet.[…] En apparence, le potlatch et la kula sont des prestations désintéressées et gratuites, mais en réalité, ils sont intéressés et obligatoire. Quand on ne peut pas rendre, on doit offrir tout de même un présent dans l’attente de s’acquitter de la dette. Le présent apaise le créancier mais ne libère pas le débiteur.

Une conception de la charité sous la forme de l’aumône  et du don unilatéral qui humilie le bénéficiaire.

L’économie primitive du type créancier-débiteur est en effet interprétée par Nietzsche comme fondateur du lien social. C’est le rapport premier de l’homme à l’homme, la première fois qu’il se mesure à l’autre.

Par rapport aux sociétés traditionnelles (où la dette pouvait être à vie ou passait de père en fils, où des codes d’équivalence complexe – parce que non écrit – sont à l’œuvre), le capitalisme se présente comme une libération du poids de la dette (par une limitation essentielle de ce qui est marchandisable, autrement dit du statut inaliénable de la personne).

L’homme a besoin pour se construire d’un creuset où il reçoit d’abord et où il donnera ensuite.

Le maitre n’exige pas que sa fortune lui soit rendue, il demande des comptes. Créanciers et débiteurs doivent rendre des comptes.

La dette sociale ne définit pas seulement les obligations de l’Etat à l’endroit des citoyens, mais ce que la société tout entière doit à chacun de ces membres.

La dette s’écarte peu à peu du devoir dans le prêt d’argent à intérêt où elle prend un sens économique spécifique et constitue un moyen pour le créancier de s’enrichir.

Nietzche : le concept moral essentiel de « faute » tire son origine de l’idée tout matérielle de « dette » (le terme allemand schuldig désigne à la fois « débiteur » et « coupable »).

La dette est une notion féconde parce qu’elle nous renvoie à l’ambivalence de tout lien humain : lien qui suppose l’entraide, la solidarité et la possibilité d’abus de pouvoir, négation de liberté et de dignité de l’autre.

La culpabilité marque l’émergence du sujet moral. Elle se mesure l’aune du développement de la conscience et suppose l’existence d’un agent moral responsable de ses actes et capable de répondre du tort causé à autrui.

La charité doit être prompte et secrète ou elle n’est pas.

Le pardon est un acte hors rétribution qui s’apparente plus à un acte de thérapie que de justice.

Pop culture,  Richard Mèmeteau, 2014

 

La pop est une stratégie, un calcul alimenté par une seule obsession : savoir ce que veulent les masses.

Mais les masses sont caractérisés par leur manque d’homogénéité (et la dilution fatale du bon goût en leur sein).

Le Bouffon (de Goethe, dans Faust) propose de présenter à ces masses « une glace et non une peinture » pour qu’elles « viennent tous les soirs y mirer leur figure. »

Ces masses inquiètes ne cherchent au fond qu’à découvrir leur propre visage. Et parce qu’elles ne peuvent trouver une tradition commune ou aucun bon gout qui ferait force de loi, les masses ne peuvent que regarder en avant et rechercher constamment la nouveauté.

La pop sert à faire éprouver à un peuple indéfini son propre pouvoir d’agrégation.

Là où on emploie des moyens massifs, on change les peuples en masses.

Le problème de Britney Spears n’est pas qu’elle chante mal, c’est au contraire qu’elle parvient faussement à toucher tout le monde. On peut opposer alors la culture pop à la véritable culture populaire. Le diminutif pop souligne cette fois-ci son caractère parasitaire, inauthentique, greffe d’une fausse culture populaire (déracinée, globalisée) sur la vraie.

Mais si le capitalisme dissout les liens sociaux traditionnels et s’approprie les cultures locales, il favorise l’émergence de nouveaux publics.

La culture pop propose une forme de communautarisme (ou les mêmes valeurs morales sont partagés). La communauté du héros n’est donc pas fermé, ni exclusive des autres. Une fois le mythe (qui soutient le héro) partagé, la communauté est née. Ces récits pop (Star War) remplacent un monde causal par un monde de croyances, où tout est possible tant qu’on y croit. La force de ces récits tient à ce que les croyances semblent entrer spontanément en résonance avec celles des spectateurs. Nos récits pop ne rendent peut être pas la vie démocratique meilleure, mais ils la rendent au moins possible en reconduisant sans cesse les bases minimales d’un idéal de solidarité.

Joseph Campbel est le premier a avoir saisi au vol et labélisé cette idée qu’il existe un fond culturel commun à l’humanité – en l’occurrence une histoire unique. Cette idée a fini par constituer le fond de l’idéologie hollywoodienne et la structure de beaucoup de blockbusters. Mais mythique, la culture pop l’est à trop de niveaux pour que la chose soit sans ambiguïté. Les producteurs jouent du terme ‘mythe’ en confondant ses deux sens : récit littéraire et but normatif.

Les mythes ont moins un rôle pseudo scientifique d’explication du monde que de formation des individus. Plus que nous apprendre a changer le monde, le mythe nous apprend a nous transformer nous-même.

Blockbuster : le terme émerge dans le vocabulaire du théâtre. Le succès d’une pièce était supposé épuiser les théâtres voisins et les mener à la banqueroute.

Carl Brin vise le cœur de la saga Star Wars, l’emprunt du monomythe a joseph Campbel. Cette structure selon lui est responsable d’avoir véhiculé une conception élitiste et antidémocratique de la politique. L’accusation de Brin signifie que Star Wars nous transforme en fan hagard, en citoyen passif, uniquement avide de force, de lévitation et de république totalitaire. Pour Brin, Lucas veut nous faire croire que seuls les héros peuvent changer le cours des choses. Le peuple est passif et incapable.

Superman sauve les écoliers dans un bus alors qu’il pourrait unir les nations et imposer universellement le port du slip par-dessus le pantalon.