Archives for posts with tag: complexite

Matière Première, Raphael Enthoven, 2013

Image result for raphael enthoven

Vous avez bien-sur déjà acquis notre carte de fidélité, puisque le simple fait que vous soyez client est une preuve irréfragable de votre sagesse.

Qui est ce ‘je’? Une médiocre volonté générale qui, au lieu d’en appeler à la dimension publique d’un individu, sacrifierait paradoxalement l’intérêt commun à l’intérêt prive, élèverait au rang de principe et rendrait interchangeable l’expression picrocholine d’un désir particulier.

L’indignation n’est pas une valeur, mais une réaction. Elle ne relève pas de la réflexion, mais du reflexe. Elle est compatible avec tous les discours, toutes les opinions (on peut s’indigner de tout). L’indignation est comme l’ultra levure : elle a sa place dans tous les gâteaux. Simultanément plastique et stable, l’indignation s’adapte a tous les combats, dignifie toutes les luttes, embellit tous les dogmes. C’est commode. L’indignation permet a chacun d’émettre un avis qu’un raisonnement n’invalide. C’est évident : comment remettre en cause un discours qui ne s’occupe que des effets ? Autant contester l’incontestable.

Le politiquement incorrect part d’une bonne intention. Quand on fait la guerre aux bons sentiments, on ne peut pas être tout à fait mauvais. Parce que le politiquement incorrect se refuse a tenir l’impuissance pour une bonté, la pauvreté pour une vertu, la jeunesse pour une valeur, la lâcheté pour une patience, la faiblesse pour de l’humilité et l’humilité pour une faiblesse, il se donne comme le poison ‘dont meurent les natures les plus faibles’ mais qui ‘fortifie les forts’ (Nietzsche). Le politiquement  incorrect, essentiellement négatif, est […] ce que le scepticisme est a la connaissance : une connaissance nécessaire et non-suffisante, un point de départ qu’il serait intellectuellement suicidaire de tenir pour une fin en soi. C’est à l’inévitable dévoiement du politiquement incorrect qu’on doit de subir les imprécations démagogiques des histrions qui, réduisant la sincérité au courage de déplaire, déclare sans vergogne que ‘les civilisations sont inégales’, qu’il y a ‘trop de juif dans les medias’, et mendient ensuite le suffrage d’un scandale.

Rousseau incarne, a son corps défendant, l’anti talent de penser comme tout le monde quand on pense tout seul. Rousseau est le porte-parole des théories naturelles, c’est-à-dire des façons de voir, d’entendre et de penser qui nous viennent naturellement quand on se prend pour le centre du monde et qu’on prend la contradiction pour une offense.

On peut se réjouir que l’esprit humain sache voir du mouvement la ou il n’y a que de l’immobilité (photo) et constater qu’une telle illusion n’est pas étrangère a celle qui donne a la fiction un pouvoir de réalité incomparablement supérieure a la simple et fade retranscription des faits – il arrive que la technique rapproche du monde.

Pourquoi les indignes ont-ils élu Fawkes a sa tête ? A quoi Fawkes doit-il d’être le joker des mécontents ? A son tempérament de conspirateur qui flatte en chacun le sentiment de traquer la vérité que lui dérobent les puissants ? Il est vrai que la tendance a s’effacer derrière la cause que l’on défend juxtapose opportunément l’esprit de révolte et l’oubli de soi […] et le masque va comme un slogan ‘just a guy’ a ceux qui se déguisent ainsi pour cracher en cadence a la figure d’un ennemi lui-même sans visage.

De la même manière qu’on ne sauve pas les gens qui ne meurent pas, on ne condamne pas à mort les gens qu’on n’a pas sauves. Cette façon bizarre de présenter les choses cède implicitement a l’illusion d’un monde possible dans lequel, les bonnes décisions n’ayant pas été prises, il y aurait plus de morts que dans celui-ci. […] C’est aussi absurde de dire d’un vers ‘que ce n’est pas de la prose’ .Ce faisant, comme l’explique Bergson, vous traduisez les données de perception, qui montre un vers, dans la langue de l’attente qui est fixée sur l’idée de prose et ne veut entendre parler que d’elle.

Au pays du buzz, on se moque de se qui compte, et seul compte ce dont on peut se moquer. Ce n’est pas parce qu’un fait est intéressant qu’on en parle, c’est parce qu’on en parle qu’il est intéressant. A l’heure du Buzz, le nombre de clic est une valeur en soi ; qu’on en parle bien, qu’on en parle mal, l’important, c’est qu’on en parle.

À l’antipode du témoignage, le micro-trottoir brandit l’extime conviction d’une foule que les convenances combles. Le micro-trottoir […] c’est l’âge de pierre de l’opinion, […] le cercle des gens convaincus qu’il leur suffit d’être dans le vague pour avoir des idées larges.

[Lady Gaga] profondément superficielle ou bien superficielle par profondeur, la reine des avatars est une preuve que le sens du monde ou nous vivons  se trouve à la surface des simulacres qu’il produit.

Difficile simplicité: toute la complexité d’une doctrine, enseigne Bergson, tient à l’abime qui sépare la simplicité d’une intuition, des moyens dont on dispose pour l’exprimer.

Advertisements

 Mon chemin, Edgar Morin, 2009

936full-edgar-morin

 

Fin 41 l’URSS est defaite. Ce sont trois évènements qui la sauveront :

  1. hiver précoce qui bloque les soldats aux portes de moscou en sept 41.
  2. Au printemps, l’Italie avait attaqué la Grèce mais échoué. Hitler lui porte appui en passant par la serbie alliée. Las, un putch retourne la Serbie qui maintenant s’oppose a Hitler. Les troupes allemandes sont retardées en Serbie, décalant ainsi l’attaque sur la russie en Juin – et la rendant victime de l’hiver précoce. A un mois pres elle serait entrée victorieuse dans moscou.
  3. un général compétent est nommé sur le front ouest et lance la contre-offensive 2 jours avant l’entrée en guerre des USA. Les USA envoient des armes aux russes…

Début 42 l’espoir change de camp.

P51 Culte du chef en Russie était nécessaire pour souder les populations hétéroclites.

P 52 Or je voulais vivre et pour moi vivre c’était participer à l’action, à la résistance, à la lutte de l’humanité…

P 67 Je crois que la plupart des français étaient pétaino-gaullistes : pour eux Pétain était le bouclier et de Gaulle le glaive.  Le premier leur assurait la tranquillité, le second la victoire.

P76 Je me suis donc formé à des disciplines différentes dont l’entre articulation me paraissait nécessaire.

P100 a propos d’Heidegger : …face au condamnations définitives, j’ai toujours essayé de contextualiser. La pensée de Heidegger m’importait plus que ces défaillances. Je n’ai jamais voulu accepter la réduction d’une philosophie à une personne, et d’une personne a son pire moment.

P119 je n’avais par encore incorporé le mot « méthode », ni le mot « complexité » mais je savais qu’il me fallait avoir une vision polyscopique, multiple, de mon sujet. (à propos de « l’homme et la mort »)

P129 La culture de masse…a produit des chefs-d’œuvre parmi tant d’œuvres médiocre…certes la réflexion y est dégradée, mais elle se dégrade partout. Comme le dit Castoriadis, l’insignifiance progresse !

P134 Les intellectuelles ont une mission qui consiste à poser les problèmes fondamentaux et les problèmes globaux qui sont totalement occultés aujourd’hui et que l’intelligence spécialisée des experts est incapable de concevoir.

P 203 J’ai fait mienne la formule d’Adorno : la totalité est la non-vérité. Il y a conflit et complémentarité en moi entre l’aspiration à la totalité et son impossibilité. Telle est la voie dialogique interne à l’esprit de la complexité.

P 230 Ma méthode veut être une aide à l’esprit pour qu’il affronte la complexité et élabore ses stratégies. …j’indique les exigences à satisfaire pour traité les complexités :  exigences comportant trois principes : le principe dialogique, le principe récursif et le principe hologrammatique. Ces principes sont des expressions du principe de reliance – relier les disciplines….Tout savoir complexe comporte une part d’incertitude qu’il savoir reconnaître et admettre. La pensée complexe comporte la prise de conscience d’un inachèvement du savoir et d’une limitation des possibilités de l’esprit humain. Il n’y a pas de fondement absolu et indubitable (Nietzsche). Nous devons éliminer la métaphore architecturale qui a besoin de fondement pour batir un édifice. Nous devons utiliser la métaphore musicale ou la symphonie prend élan sur elle-même et se construit dans son dynamisme même.

P 246 L’homogénéisation civilisationnelles provoquée par les développements de la globalisation suscite une réaction de défense des identités ethniques qui se sentent menacées. Ensuite le désastre idéologique survenu dans la dernière partie du XXème : la perte du futur, due l’effondrement de la croyance au progrès comme moteur de l’histoire (il existait a l’est – avenir radieux – et au sud – espoirs du développement). Cette perte du futur fait place à l’incertitude. Nul ne sait si la planète progresse ou régresse. Le présent est altéré par l’angoisse. Au nord,il conduit a un renferment sur un immédiat d’autant plus précieux qu’il est privé d’avenir comme de passé. Au sud, dans la misère, la souffrance et l’humiliation s’opère un retour vers le passé, i.e. ses fondements religieux et ethniques. Exemple de l’Iran.

P247 Le processus de globalisation technico-économique a crée l’infrastructure d’une société monde mais rend en même temps impossible qu’elle se structure. Que faut il pour avoir une sociéte ? un territoire, (le monde), des communications (les meilleurs qu’on est jamais eu aujourd’hui) une économie mondialisée (on l’a), une autorité légitime (les Uns mais qui n’a pas d’autorité), le sentiment d’une communauté de destin (depuis Hiroshima les humains sont soumis au même problème – la survie de l’espèce- aujourd’hui le changement climatique) mais la conscience d’une communauté de destin est encore très dispersé et marginale. La société –monde doit avoir une structure d’un type nouveau et ne sera pas un modèle agrandi des états nations.

P249 Politique de civilisation : elle vise à lutter contre les développements négatifs tout en préservant ces développements positifs. Elle serait inséparable d’une politique qui mettrait en symbiose ce que chaque civilisation a de meilleur.Plus de communauté, plus de fraternité et de liberté – sur le modèle du socialisme du siècle dernier en moins naif.

P 253 La crise peut aussi favoriser l’imagination creatrice de solutions qui permettent de la surmonter en modifiant le système.

P 280 La compréhension est plus que l’explication.  L’explication traite de la réalité humaine comme objet.  La compréhension peut intégrer l’explication  mais elle comporte en elle une empathie de sujet à sujet.

P296 Vinicius de Moraes : nous ne nous faisons pas des amis, nous les reconnaissons (i.e. ils préexistent à la rencontre)